Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



EUGÈNE LELIEPVRE

 Peintre écuyer

Un cavalier à travers deux sciècles



Eugène leliepvre, La charge du désespoir

«  La charge du désespoir » Collection Junius
photos d’Eugène Leliepvre, archives Junius





Montreuil-sur-Mer





Eugène Leliepvre en 1914

Eugène Leliepvre, Cuirassier 

 

Jeunesse

Né en 1908 à Montreuil-sur-mer, Eugène Leliepvre dessine des chevaux avant de savoir lire…  Il fait son apprentissage en atelier à Paris : d’abord chez Gaston Saint Georges, élève de Gérome, puis chez Francisque Rebour, peintre de chevaux, qui lui enseigne le mécanisme des mouvements. Georges Busson, peintre officiel des chevaux de course, lui apprend la couleur, la vénerie et l’incite à devenir cavalier : «Si vous voulez peindre des chevaux, il faut monter à cheval !» Suivent trois années de préparation militaire pour la cavalerie avec l’Escadron Français.



Eugène Leliepvre écuyer
La préparation militaire pour devenir écuyer (photo Archives Leliepvre)


Concours de l'escadron Française
 Équipe de concours de l’Escadron français, 1926
(photo Archives Leliepvre)

 

détailEugène Leliepvre,
1926

(photo Archives Leliepvre)



Eugène leliepvre, sous le panier
Équipe de concours de l'Escadron français, 1926
(Eugène, debout sous le panier)
(photo Archives Leliepvre)




Eugène fait ses classes au 11ème Cuirassiers, puis obtient de passer dans l’artillerie pour y découvrir la conduite des attelages (à cette époque, il peint déjà beaucoup de scènes de poste).

Eugène Leliepvre, 1929

Eugène Leliepvre et son ami Lucien, 10ème régiment d'artillerie coloniale, à l'Orient, 1929. (photo Archives Leliepvre)


Eugène Leliepvre, 1929
(photo Archives Leliepvre)



 


© Eugène Leliepvre